Crise sanitaire ou crise existentielle ?

Rédigé par sur 03/24/2020

Crise sanitaire ou crise existentielle ?

Notre pays est plongé dans un État d’urgence sanitaire. Mais s’agit-il uniquement d’un problème sanitaire ? Ce virus est-il l’arbre qui cache la forêt ?

Crise sanitaire, crise environnementale, crise sociale, crise culturelle, crise économique, crise……

Depuis des décennies, le mot « crise » s’installe dans nos vies. Une grande partie de la population est confrontée à, au moins, une de ces crises. C’est devenu le pain quotidien des individus.

S’agit-il uniquement d’une crise sanitaire ou est-ce plutôt une crise existentielle ?

L’Humanité gère crise après crise en refusant de percevoir la signification de chacune d’elle. Les vieilles idées, les vieux modèles, les idéologies du passé continuent à faire référence. Le passé et le présent se confondent empêchant l’avenir de s’incarner.

Or, l’homme, de par sa constitution, est invité à aller toujours de l’avant, vers l’avenir.

Il marche en avançant, pas en reculant. Ses yeux sont dirigés vers l’avant, pas à l’arrière de sa tête. L’Homme n’a pas la faculté de répéter le passé. Il ne peut pas reproduire un geste de façon identique, revivre deux fois la même chose.

Rester dans des formes du passé est contre nature, incompatible avec l’évolution de l’Humanité. C’est un comportement égocentrique.

Par contre, il peut, au présent, poser un regard sur le passé pour en comprendre la signification. Cela lui permettra de le transformer, au présent, pour construire l’avenir en se fixant des objectifs et en posant des actes pour y parvenir.

Cette crise plonge l’Humanité dans le chaos en appuyant sur le bouton « pause ». Ce n’est pas la fin du Monde ! C’est une période qui nous est donnée pour poser un regard sur notre façon de vivre, sur notre façon de nous comporter, sur notre relation au vivant et entre individus. Le chaos peut être bénéfique si nous savons le saisir comme une opportunité.

Cette période de confinement peut être salutaire tant au plan individuel que collectif.

Le 21e siècle appelle à définir une autre organisation sociale de la société. Il ne s’agit pas de reproduire les erreurs du passé en définissant un programme tout ficelé. Le « Comment  » est tout aussi important que le « Quoi ».

Comment se mettre en chemin pour permettre à chacun de trouver sa juste place et participer à la construction de ce Monde en devenir ? Comment faire émerger les idées et le potentiel de chacun ? Comment permettre que la diversité des individus et leur complémentarité puissent devenir la richesse de l’Humanité ? Comment…. ?

C’est à partir de ce « Comment » que pourra s’incarner le « quoi ».

Cela demande à chacun d’être dans une triple démarche :

  • un esprit ouvert pour accepter de nouvelles idées, réfléchir différemment, accepter la diversité des opinions…

  • un cœur ouvert permettant d’être dans une écoute profonde et comprendre l’autre sans jugement permettant de se relier les uns aux autres.

  • une volonté ouverte permettant de lâcher les vieilles idées et les vieilles habitudes du passé pour se mettre en chemin en expérimentant de nouvelles façons de vivre, d’être et d’agir.

Cela demande que chaque individu ait la volonté d’aller vers ce futur en sachant qu’il devra, lui aussi, opérer des changements dans sa vie.

Chacun peut profiter de ce confinement pour s’isoler et appuyer sur le bouton « pause ». Arrêter de courir, prendre le temps de se (re) centrer sur soi pour mieux se découvrir, mieux se connaître. Un temps pour poser un regard sur sa vie, sur sa biographie pour comprendre le chemin parcouru ; se questionner sur ses attentes profondes et trouver la voie à emprunter pour répondre à ses questions existentielles.

« Prendre sa vie en main » devient une nécessité pour celui qui aspire à trouver son chemin conduisant vers la liberté intérieure. C’est ce cheminement qui permet de donner du sens à sa vie, de trouver le « Qui suis-je ? » et « Qu’ai-je à faire sur cette Terre ?

Chacun est amené, au quotidien,à faire des choix.

Continuer éternellement dans cette direction égocentrique et dévastatrice qui conduit à la chute.

Ou se servir de cette période chaotique pour ré-agir en modifiant son rapport à la nature et à l’être humain qui participeront aux changements nécessaires et vitaux pour faire grandir l’Humanité.

Puisse, en ce début du printemps, voir chaque individu semer ces graines pour que demain, l’Humanité puisse cheminer vers ce Monde en devenir.

Prenez soin de vous.



Commentaires
  1. Maxime Faucher   sur   03/24/2020 at 11 h 54 min

    Merci Didier pour cette synthèse. Nota: le terme égocentrique serait peut-être à définir, car au delà d’un consensus mou, c’est un concept bien flou, qu’il m’est encore donné de découvrir à mesure que la conscience se déploie.

    • Didier Gusse   sur   03/26/2020 at 14 h 20 min

      Bonjour Maxime,
      L’égocentrisme caractérise une personne qui ne s’intéresse qu’à lui, qui rapporte tout à lui, qui fait quelque chose que par intérêt pour lui-même, etc. Il n’est pas tourné vers l’autre, son “socius” est quasi-inexistant….

    • Didier Gusse   sur   03/26/2020 at 16 h 34 min

      Bonjour Hervé
      Merci pour ton message
      Si cela peut contribuer à donner tes pistes de réflexions et d’actions pour l’Avenir…

  2. cousset christelle   sur   03/30/2020 at 10 h 44 min

    Merci Didier, quelle joie de lire de si belles choses que ce seul printemps évoque par nature!
    Rappelons nous du mythe de Démeter et Perséphone…Puissions nous saisir la “chance” de vivre cette période en pleine période de semences, de réchauffement de la terre (quoique là évidemment çà marche pas, aujourd’hui çà caille comme en plein hiver), d’offrir aux graines la possibilité de germer…

    • Didier Gusse   sur   03/30/2020 at 10 h 50 min

      Merci Christelle pour ton commentaire et ton apport nourrissant par cette citation pleine de sagesse et d’espérance…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Recherche